Si j´étais un sneaker, je pourrais traverser la Meditéranée…

English hereDeutsch hier
Manifestation 10.06. 15h
Potsdamer Platz, Berlin

Contre la «Conférence du partenariat G20-Afrique»
Pour la liberté de circulation et un développement autodéterminé

Nous sommes en colère! Dans le cadre de la présidence des pays du G20, l’Allemagne met l’Afrique sur l’ordre du jour. Et l’Allemagne invite à la « Conférence du partenariat G20-Afrique », qui aura lieu le 12 Juin et 13 dans le gazomètre à Berlin Schöneberg, avant la réunion du G20 en Juillet à Hambourg. A qui sert ce partenariat?

Une fois avant, pendant le temps de l´esclavage, beaucoup des personnes se sont noyé*e*s dans la mer. Parce qu´illes ont été jeter par-dessus le bord. Ou parce qu´illes ont dû sauté*e*s eux même pour échapper à l´enfer du bateau et du travail sur les plantages. Aujourd’hui, illes sont toujours noyés en essayant de réaliser le passage vers l’Europe dans des bateaux surchargés. Illes cherchent une vie sûre, mieux ou tout simplement différent.
Nous sommes en colère. L’Union européenne se bouclie et pousse ses frontières extérieures sur le continent africain. Les accords sales qui sont faites avec des régimes corrompus et criminels tels que le Soudan et l’Erythrée – des pays qui sont inondés avec ce qu’on appelle l’aide au développement- sont faites afin de rendre les voies d’évacuation fermés. «Partenariat pour la mobilité» ca s´appele ou bien «une meilleure gestion des flux migratoires». Mais ce sont les régimes depuis que nous fuyions. L’effet est que la mobilité est de plus en plus limitée sur le continent africain.
Construire des frontières en Afrique – l’Europe sait le faire. Au cours de la soi-disant Conférence du Congo, qui a eu lieu à Berlin en 1884-1885, les puissances coloniales ont divisé l’Afrique entre eux. L’héritage colonial façonne le présent. Même si aujourd`hui on appele ca partenariat. Les mots peuvent nous tromper. Et parfois, ils sont traîtres. Dans le Plan Marshall pour l’Afrique, le ministre allemand de développement parle des champions de réformes. Les Etats africains doivent jouer le jeu pour obtenir des aides financières. Qu´est-ce que c´est paternaliste! Le plan Marshall est un plan dictateur. Le maître est – à côté du ministre – le secteur privé des pays du G20 qui ont été incitées à investir. Après tout, il y a quelque chose à prendre: Les habitant*e*s de l’Afrique devraient doubler d’ici au milieu du siècle. Un taux de croissance de population unique, qui suscite l’intérêt des promoteurs du marché capitaliste. En plus des ressources minérales, la population de l’Afrique suscite l’intérêt des capitalistes: des travailleu*r*ses moins chers. Et des consommateurs des produits.
Aujourd’hui, on se retrouve donc à nouveau à Berlin. Et cette fois-ci certains des gouvernements africains ont le droit de s’asseoir à la table. De quoi on parle? Ce que ca veut dire « partenariat »? Qui pourrait en bénéficier? Peut-être l’industrie biométrique, une industrie de croissance qui produit de plus en plus dans des pays africains pour leur permettre de mieux contrôler leurs frontières. La société Verido basée à Berlin par exemple, où la Bundesdruckerei sont impliqués : Afins de fortifier le frontières au Maroc, sous la forme de dispositifs électroniques qui savent reconnaître de faux passeports. L’Association allemande pour la coopération internationale, à son tour, fournit des équipements, entre autres pour la gestion des frontières au Soudan et en Erythrée, y compris des voitures, des caméras, des scanners et les serveurs…La liste pourrait continuer. La construction des installations frontalières, est une activité rentable. Il promet non seulement du profit, mais aussi une vie calme dans la zone de confort européen sans immigration massive et des images ennuyeuses de cadavres sur les plages du Sud dans les journeaux.
Nous sommes en colère. Et nous ne croyons pas dans vos plans Marshalls. Arrêtez le discours cynique du partenariat. Si vous voulez combattre les causes de la migration, ABOLISEZ d´abord VOUS MÊME. Votre «expertise» et vos «préoccupations» – sont organisateurs de la misère. Mais les morts en Méditerranée et aux autres frontières extérieures montrent votre hypocrisie. Et si vous voulez limiter notre mobilité, alors laissez-nous vous dire que la liberté de circulation est un droit fondamental. Pour quelles raisons voulez-vous qu’il soit retenu de nous? Votre logique de l´État national est obsolète. Elle ne trouve aucune réponse aux questions de notre temps. L’humain est l’humain, et c’est ça.
Nous sommes en colère. Et nous continuerons à nous battre. Notre expérience et celle du patrimoine des mouvements de la libération anti-coloniale et d’autres luttes de solidarité. Nous sommes les acteur*ice*s de la résistance quotidienne. Nous avons surmonté les frontières. Nous allons continuer à surmonter les frontières. Vous ne pouvez pas nous contrôler. Nous ne cessons pas de revenir. Et d´aller là où nous voulons.
Qui sommes-nous? Nous sommes une fiction, mais néanmoins réel. Nous sommes nombreux! Nous parlons des langues différentes. Nous n’avons pas fait les mêmes expériences. Nous sommes ceux dont les ancêtres étaient des esclaves. Nous sommes ceux dont les ancêtres étaient propriétaires d’esclaves. [Nous sommes ceux dont les ancêtres ont été exploités du système. Nous sommes ceux dont les ancêtres ont bénéficié du système.] Nous partageons l’histoire, même si elle nous sépare. Nous partageons nos quotidiens même si elle nous sépare. Ce qui nous unit c´est l’espoir d’une vie meilleure au-delà de la discipline capitaliste de cette planète. Ce qui nous unit c´est la croyance en un monde de solidarité, sans le G20 et leurs productions monstrueuses. Ce monde existe maintenant, nous le créons tous les jours, encore et encore. L’avenir a déjà commencé.

ARRÊTER LA CONSTRUCTION DES FRONTIÈRES INTRA-AFRICAINES!
ARRÊTEZ LES VENTES D’ARMES VERS L’AFRIQUE!
ARRÊTEZ LA POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT ACTUEL, CAR ELLE EST LA CAUSE DE L’INTENSIFICATION DE LA SOUFFRANCE DANS DES PAYS AFRICAINS!
SOYONS SOLIDAIR*E*S CONTRE L’EXPLOITATION ET DE L’OPPRESSION!

Participez!

Les groupes et les initiatives qui ont signé l’appel se trouve ici

Si vous souhaitez signer l’appel, envoyez le nom de votre groupe et (si disponible) un lien vers votre blog à: solidarity[at]reflect-online.org

Ein Gedanke zu „Si j´étais un sneaker, je pourrais traverser la Meditéranée…

  1. Je suis sénégalais, un Pais de l’Afrique Occidentale qui est toujours soumis à la domination économique et monétaire française. Je vis présentement en Espagne où j’ai poursuivi mes études supérieures et ai décroché ma maitrise en Science Politique et Gestion Publique. Je me considère un africain avertis et, conscient de la crise actuelle, je me suis toujours manifesté contre le néocolonialisme et la main mise des entreprises européennes sur les richesses de mon continent, Afrique. J’aimerai participer à cette rencontre pour apporter mon témoignage et partager les experiences d’autres activistes.

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.